Plan

Problématique :

Quel est le rôle de la mafia, et comment peut-on arrêter cette menace ?

I) La mafia présentation générale :

1) Sa naissance en Sicile :

2) Sa hiérarchie :

3) Système de valeurs :

II) Le rôle de la mafia en Italie :

1) Dans le domaine politique :

2) La grande influence économique :

III) Comment mettre fin à ce fléau :

1) la lutte contre la mafia :

2) Arrêter la corruption :

3) Contrôler les frontières :

La mafia

 

 

« La mafia est une société secrète, unissant une coalition de « familles », dotée de hiérarchies élaborées, et de règles dont on ne dévie qu’au péril de sa vie. »

I) La mafia présentation générale :

1) Définition et naissance de la Mafia:

Le terme de  » Mafia  » désigne collectivement un ensemble d’organisations criminelles originaires du sud de l’Italie. Par extension, il désigne des organisations criminelles dans divers pays.

D’une manière générale, les mafias ne sont pas des organisations terroristes. Leurs motivations sont essentiellement de nature financière, et les poussent généralement à utiliser et corrompre les structures politiques et économiques existantes, plus qu’à en recréer de nouvelles. Elles s’inscrivent donc rarement dans un processus révolutionnaire, même si la nature clandestine de leurs activités les conduit souvent à collaborer avec des mouvements révolutionnaires.
A l’origine, les Mafias italiennes dans leur forme moderne, remontent au début du XIXe siècle, conséquence d’un système social latifundiste de type féodal où, d’une part les riches tenaient a faire respecter une discipline sociale, et les paysans qui tentent d’organiser leur défense. La première mention officielle de la Mafia date de 1837 en Sicile.

À cette époque, l’île est contrôlée par des puissances étrangères tels que le monde arabe, l’Autriche, l’Espagne, la France…Un groupe, qui deviendra la première mafia, prendra le contrôle des terres par la force. Ils réussissent à garder le contrôle sur le patrimoine et les entreprises grâce à l’intimidation, aidé par des partis politiques. Durant la Deuxième Guerre mondiale, les fascistes malmènent l’organisation mafieuse sicilienne. Ce sont les Alliés qui aideront la mafia à regagner son prestige. Déjà, l’organisation sert de collecteur de votes en faveur des partis conservateurs, notamment le parti de la Démocratie chrétienne. On voit ici que dès ses débuts, la mafia se joint au pouvoir politique et clérical pour s’assurer une certaine stabilité.

Dans ses premières années de création, la mafia se limitait au contrôle du monde rural et des richesses foncières et agricoles. Bien vite, la puissance des parrains investit la ville en créant un contrôle dans les secteurs de l’immobilier, des travaux publics et de la contrebande. Ce n’est que durant les années 70 que la mafia a commencé à investir le terrain les narcotiques. À partir de ce moment, le parrain revêt beaucoup plus les caractéristiques d’un homme d’affaire et le désir de l’argent l’emporte sur la morale traditionnelle.

2)Hiérarchie

Au sommet de la pyramide de la hiérarchie mafieuse sicilienne ou Cosa Nostra, se trouve la Cupola ou commission interrégionale, qui représente le parrain des parrains. Juste dessous, on retrouve les parrains ou patrons des familles. Chaque famille contrôle un territoire donné. Ceux-ci dirigent une série de chefs et de sous-chefs qui sont tous des hommes d’honneur, c’est-à-dire des initiés. Au bas de la pyramide se trouve les « soldats », utilisés comme hommes de main. Dans les années 80, on comptait environ 25 familles Cupola siciliennes dont 5 à New York (Bonnano, Colombo, Gambino, Lucchesse et Genovese) et une à Chicago (Out fit).

 

273172147.gif

Il Don (le Boss) est le plus haut placé dans la Hierarchie, il dirige sa famille et ne s’occupe en aucun cas de ce que l’on appelle en language familié « le sale boulot ».

Il Consigliere (le Conseiller) comme l’indique son nom, il donne des conseils stratégiquement parlant au Don. Dans certain cas le conseiller est aussi avocat et connait les lois de l’état comme celle de la Mafia.

Il Sottocapo (le Sous-Boss) prend bon nombre de décisions et possède presque autant de pouvoir que sont supérieur hiérarchique. Il est un peu plus au courant des activités que le Boss lui même.

Gli Capi (les Capitaines) font partie du Caporegime, ils dirigent directement les Soldats de la famille. Ils ont du pouvoir mais pas autant de responsabilités que leurs supérieurs.

Gli Soldati (les Soldats) sont plus respectablement appellés : les hommes d’honneur. Ils s’occupent du « sale boulot », ce sont des tueurs, vendeurs de dogues, racketeurs, oppresseurs, …

Gli Soci (les Associés) ne sont pas vraiment cités dans la Hierarchie Mafieuse, ce sont les policiers et juges véreux, ils représentent tout ce qui tourne autour de la corruption!

 

3)Système de valeurs

À la base de chaque famille, le parrain agit comme le pilier, le gardien des valeurs. Il aime la hiérarchie, la famille, les rites et la religion. Il est en général très peu réformiste et contre les révolutions. Il base en effet son pouvoir surtout sur la médiation qu’il applique sur ses concurrents directs, les autorités et au sein même de sa famille. Son charisme et sa maîtrise de l’art de la médiation lui permettent de garder son autorité sans se baser seulement sur l’intimidation et sur le sens de l’ordre. Pour les hommes d’honneur, comme pour tous les mafieux, le pouvoir est basé sur l’intimidation et la violence. Il leur faut, en tout temps, joindre la parole à l’acte sans quoi ils seront perçus comme faibles. La mafia représente la protection et se base sur la loi du silence, l’Omerta. Comme mentionné plus haut, les mafieux sont grandement religieux ce qui est perceptible dans le rite initiatique des hommes d’honneur. « En effet, c’est en tenant entre ses mains une image pieuse, barbouillée de son sang et à laquelle on a mis le feu, que l’invité prononce son serment solennel : il jure de ne pas trahir les règles de la Cosa Nostra, sauf à brûler lui aussi comme cette image. » (2) On reconnaît dans la présence de tous leurs rites, traditions et valeurs que la mafia compose une véritable société, regroupant toutes les caractéristiques nécessaires.

La base de l’économie mafieuse se situe dans le système de collecte du « pizzo » : les mafieux imposent aux commerçants des revenus en échange d’une « protection » mais aussi sous peine de voir leurs vitrines brisés et leurs marchandises disparues ou brûlées. Bien qu’elle soit l’une des techniques les plus importantes en matière d’économie mafieuse, les revenus ont des centaines d’origines différentes. Il faut d’abord préciser que l’économie mafieuse se divise en trois parties : l’économie illégale, légale et légale-mafieuse. Ces trois circuits sont intimement liés. Ainsi, par exemple, les revenus de l’économie illégale (« economia sommersa ») permettent de créer de nouvelles entreprises cette fois-ci totalement légales. De même la production peut être légale mais la vente illégale et inversement. Ce sont ces liens étroits qui posent les difficultés énormes qu’affronte le gouvernement italien pour débusquer les entreprises mafieuses, notamment en vérifiant les mouvements et les dépôts bancaires ou les appels d’offre. Le recyclage d’argent sale est une activité à part entière. On connaît les grandes filières classiques des trafics illégaux : drogues, armes, œuvres d’art volées. Mais nous avons aussi à faire à des affaires moins connues tels que le trafic de déchets industriels, la fraude aux subventions alimentaires, les grands travaux d’infrastructure et ainsi de suite. La liste des secteurs est longue voire illimitée cela va du proxénétisme aux contrôles des casinos, de la fausse monnaie au trafic d’êtres humains mais aussi plus récemment de la cybercriminalité (piratage et détournement de fonds sur Internet). Tous ces réseaux se sont bien évidemment étendus aujourd’hui au niveau international et même planétaire.

II) Le rôle de la mafia en Italie :

1) Dans le domaine politique :

►L’infiltration mafieuse dans la politique

La mafia en Sicile représente un électorat important. Par une technique rôdée, elle force la population à voter pour certains partis, certaines personnes. Les politiciens, en échange de cette faveur, garantissent la protection de la mafia et de son commerce une fois au pouvoir. C’est ainsi que des pro-mafias, ou des mafieux même, accèdent à des rangs tels que celui de maire, préfet ou conseiller municipal. C’est surtout lorsqu’elle a affaire aux tribunaux que la mafia réclame son soutien aux hommes politiques. Aucune préférence en général n’est remarquée chez les mafieux en matière de partis excepté un anticommunisme fervent. Le parti de la Démocratie-chrétienne italienne fut largement sollicité par la mafia car elle occupa le pouvoir de 1947 à 1990 sans discontinuer. À ce titre, le nom de Giulio Andreotti fut cité plusieurs fois lors de procès, mais aucune preuve n’a pu être retenue contre lui, même si des représentants de la DC sur place ont été arrêtés.

2) La grande influence économique:

Pier Luigi Vigna, le procureur national anti-Mafia, cité par le Corriere della Sera, a récemment affirmé que « le chiffre d’affaires annuel brut de la Mafia, d’après les dernières études disponibles, serait de 100 milliards d’euros ». Le quotidien précise que « ce chiffre prend uniquement en compte les secteurs des stupéfiants, des appels d’offres publics, de la prostitution, des extorsions et du trafic d’armes. Il s’agit en effet – selon Vigna – d’une somme par défaut, dans la mesure où « elle ne prend pas en compte le chiffre d’affaires des nouvelles mafias ». On comprend mieux les luttes internes à la Camorra, le groupe de crime organisé de Naples, pour le pouvoir sur le très rémunérateur trafic local de drogue, estimé à environ 500 000 euros par jour.

Le procureur national anti-Mafia intervenait devant l’assemblée nationale des délégués des organisations syndicales italiennes. Il a ajouté que « le prochain objectif de la criminalité mafieuse est de bouleverser les règles du marché. Dans certaines zones du Sud, on ne trouve plus par exemple que certains produit et certaines marques ». Vigna fait référence, explique le Corriere della Sera, « à Parmalat, qui, dans, la province de Caserte, avait payé d’énormes pots-de-vin pour que seuls ses produits soient distribués sur le marché ».

Pier Luigi Vigna a conclu son discours par une mise en garde : « Il faut protéger l’économie pour défendre la démocratie, parce que si l’économie réelle tombe entre les mains de la criminalité, il n’y a plus de démocratie. Il faut également contrecarrer la principale stratégie de la Mafia : détourner la confiance que les citoyens ont en leurs institutions ».

III) Comment mettre fin à ce fléau :


1) la lutte contre la mafia :

Selon une idée répandue, la lutte contre la mafia en Sicile n’aurait commencé qu’après les tragédies de Capaci et de la rue d’Amelio en 1992, où avec huit gardes du corps, ont péri les Juges Giovanni falcone, Francesca Morvillo et Paolo Borsellino. En réalité, la lutte contre la mafia et aussi vieille que la mafia elle-même ; elle a commencé dans les années 1980, avec la première vague du mouvement des paysans. Jusqu’à la fin des années 1950, la lutte contre la mafia en Sicile se présentait comme un conflit social ; ces dernières années, elle devient sous forme de combat civil.

Le nouveau mouvement de lutte contre la mafia est né d’une part de l’émotion et de l’indignation provoquées par les grands crimes commis et d’autre part du refus de voir la mafia envahir la vie quotidienne et vider la vie démocratique de toute substance. Il procède surtout de motivations éthiques. Divisé en de nombreux groupes, ce n’est qu’en certaines occasions qu’il parvient à se donner une certaine unité d’action. Dans ce mouvement toutes les classes sociales se retrouvent, mais la classe moyenne (étudiants, professionnels et tout particulièrement enseignants) est la plus active. Quelques commerçants et hommes d’affaires participent aussi à la lutte contre le racket : en effet la mafia, qui a toujours pratique les extorsions de fonds, cherche aujourd’hui à mettre la main sur des entreprises  » propres  » pour couvrir des activités illégales et blanchir de l’argent. Pour atteindre cet objectif, beaucoup d’hommes d’affaires ont été assassines ces dernières années.

2) Arrêter la corruption :

Aujourd’hui, tout les pays souffrent de la corruption. Cette corruption contribue au développement de l’organisation mafieuse au détriment de l’économie nationale. Ainsi ce fléau se manifeste de deux formes : la manière « tendre » c’est-à-dire accepter la demande du mafieux contre une somme d’argent ou contre un service ( protection, transport…), et la manière « forte » comme la violence par la menace verbale ou physique. Pour contrer ces tentatives de corruption le gouvernement peut envisager plusieurs solutions parmi elles augmenter le salaire des fonctionnaires qui risquent d’être confrontés pendant l’exercice de leurs fonctions au chantage ou aux menace de la part de l’organisation criminelle mafieuse.

 

3) Controler les frontières :

Il faut savoir que le plus gros transit de marchandise illégale se fait à travers les frontières. Ainsi après questionnement de plusieurs employers de douanes on a fini par comprendre qu’il existe des dizaines de manières illégales pour faire passer de la marchandise non toléré. Parmi elles des techniques dite de « camouflage » qui consiste à faire passer des quantités plus ou moins grandes dans les coques des bateaux sous forme de marchandises emballées, dans des équipements ménagées ou plus étonnant dans des corps d’animaux que l’on ouvre et où on place touts sorte de produit à caractère illicites puis l’on recoud l’animal, ces derniers semblent tout a fais normaux une fois l’opération finie et ils passent les frontières sur tout terrestres sans difficultés. Les autorités devrait donc songer a faire des fouilles plus complètes et aussi moins au hasard car dans la plus part des frontières tout ceux qui les franchisent ne sont pas automatiquement fouillé.

Chaque jour que dieu fait est une nouvelle épreuve pour les membres de ces organisation criminelles, Quand tu fais partie d’une organisation comme celle-ci ta vie change du tout au tout, tu vis avec une « épée de Damoclès au dessus de la tête »… La police, la rivalité, la trahison au bout du compte tu te retrouves avec deux alternatives LA MORT OU LA PRISON… Je parle pour tous ceux qui ont envie d’intégrér une ’mafia’ la mort, le mensonge fait partie du quotidien d’un « mafieux » etes vous prêt a mourir pour l’argent ou le respect ? La vie n’est pas comme dans les films, scarface, le parrain, soprano ne sont que des films tirés de la réalité, la réalité est bien plus sanglante que ça…. Sur ce la mafia c’est bien c’est beau mai c’est dangereux.

 

La « Pieuvre » comme on appelle la Mafia italienne, exerce d’abord sa calamiteuse influence en Italie. Mais personne ne peut ignorer qu’elle a depuis longtemps cherché à exporter son « modèle ».



Derniers articles

RSS

Les Productions Samuel90100 |
intermittents de corse |
Shit web - Le Relou du web 2.0 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tousdebout
| Water forever ?
| جريد...